Hightown - Série (2020)
Hightown - Série (2020)

Série de Rebecca Perry Cutter Policier et drame 2 saisons (en cours) Starz 57 min 17 mai 2020

À Cape Cod, un corps est retrouvé par une agent du Service National des Pêches Maritimes, Jackie Quinones. Elle souhaite découvrir l'identité du meurtrier. Elle est aidée par Ray Abruzzo, un inspecteur du groupe de travail antidrogue qui rêve de vengeance, car le cadavre est celui de son équipier.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Serie Hightown torrent



Moi qui ai tendance à critiquer des films et des séries souvent old school plutôt que les sorties ciné de la semaine ou les dernières nouveautés télé, avec "Hightown" je trouve une belle occasion de jouer pleinement mon rôle d'éclaireur.

Voilà en effet une série toute récente, très peu vue (28 notes à ce jour!) et critiquée (une seule critique - assassine - avant la mienne), affublée d'une moyenne décourageante (5,8), que je vais pourtant me charger de vous recommander chaudement, histoire de réparer cette double injustice.

Alors certes, cette série policière ne propose pas une intrigue ébouriffante d'originalité, puisqu'il s'agit de suivre une enquête relative à un trafic de drogue, certes bien ficelée et pas avare en rebondissements, mais que certains considèrent visiblement comme un simple cop show de plus.

Mais l'intérêt est ailleurs : déjà au niveau du cadre, puisque "Hightown" nous plonge dans le décor paradisiaque de Provincetown, petit port de pêche à l'extrémité du Cap Cod dans le Massachusetts, à proximité de Hyannis Port, le fief estival du clan Kennedy. Destination touristique très prisée, dont la population est multipliée par 20 durant l'été, P-Town présente en outre la particularité d'accueillir une importante communauté gay, au point de compter la plus grande concentration de couples homosexuels aux États-Unis.

Notre héroïne Jackie Quinones ne fait pas exception à la règle, jeune fliquette métisse au Service Fédéral des Pêches (un genre de police municipale maritime), mais surtout lesbienne fêtarde aux comportements addictifs (sexe, alcool et divers produits stupéfiants). "Hightown" a ainsi le grand mérite de s'éloigner du ton consensuel propre à certains cop shows à l'américaine. A l'inverse, la série diffusée sur la chaîne câblée Starz contredit complètement la mentalité puritaine habituellement attribuée aux américains.

Durant ces 8 épisodes d'une heure, vous serez ainsi confrontés à des scènes de sexe, quelques passages bien gore, de la drogue en quantité industrielle, des dialogues salés, du strip-tease, sans oublier un gode-ceinture, et même un pénis en gros plan... Sans que cet arsenal provocant ne paraisse gratuit ou amené de manière maladroite, dans l'idée de choquer pour choquer. La série produite par Rebecca Cutter dégage au contraire une grande authenticité, présentant le microcosme de P-Town tel qu'il est, au point que "Hightown" se permet même un dénouement ouvert et immoral, très éloigné du happy end et du formatage habituels.

Cette justesse de ton est permise par une interprétation remarquable, fruit d'une distribution particulièrement convaincante, emmenée par Monica Raymund, très bonne comédienne hélas cantonnée au séries TV ("Lie to me", "Chicago Fire") et James Badge Dale, impressionnant dans son rôle de superflic tête à claques qui couche avec ses indics.

Le casting est complété par quelques révélations, à l'image de la méconnue Riley Voelkel, jolie blonde au visage expressif et au corps de liane, très à l'aise avec une barre de pole dance. Sans oublier Amaury Nolasco, ancien de "Prison Break", forcément à l'aise dans un rôle sur mesure de trafiquant sans scrupules.

En voulant défendre "Hightown", j'espère toutefois ne pas vous l'avoir survendue : ce n'est certes pas le chef d'oeuvre télévisuel de l'année, mais c'est vraiment une série qui vaut le détour, accrocheuse et bien écrite. Les amateurs de polar hard boiled en particulier doivent lui laisser sa chance, surtout que le décor enchanteur compense la noirceur de l'intrigue. D'ailleurs le public américain ne s'y est pas trompé, avec des audiences très encourageantes qui ont permis la commande d'une deuxième saison. Pour ma part, je retournerais à Cape Cod avec grand plaisir.