Hyper Light Drifter (2016) - Jeu vidéo
Hyper Light Drifter (2016)  - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Heart Machine PC, PlayStation 4, Xbox One et 3 autres Action-Aventure 31 mars 2016

Les échos d'un passé sombre et violent résonnent encore au travers d'une terre sauvage, jonchée de trésors et imprégnée de sang. Hyper Light Drifter est un action-RPG dans la lignée des classiques 16-bit tout en proposant des mécanismes de jeu modernes et un style graphique particulièrement soigné.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Jeux Hyper Light Drifter (2016) torrent



Hyper Light Drifter, c'est un jeu indé qui nous viens du studio tout beau tout neuf Heart Machine. Jeu principalement financé via le site de financement participatif Kickstarter. Il s'agit d'un jeu d'action dans le genre hack'n slash vu de dessus, dans lequel on incarne un personnage anonyme du nom de "Drifter", de race inconnue (on estime que c'est soit un extraterrestre ou un animal).

Lancement de jeu, plongement direct dans l'ambiance. Une cinématique extrêment bien réalisé nous montre de nombreuses successions d'images magnifiques en pixel art extrêmement soigné et illustrant parfaitement le paysage et l'atmosphère du jeu. S'enchaîne ensuite le réveil du héros, classique, aidé et soigné par un autre personnage. On explore ensuite le petit village central, on admire le paysage, on acquis le déplacement... Bref, le jeu ne nous guide absolument pas et laisse le joueur se débrouiller, sans pour autant le rendre confus tout en donnant une ligne directrice très simple à suivre. Le scénario en lui-même n'a rien d'exaltant mais nous rappellera avec aisance des jeux de l'époque de la SNES/Megadrive, que se soit ce style en pixel art mélangé à des couleurs un peu néon qui accentueront encore plus le côté rétro de la bête. Le joueur est libre de tout mouvement et de commencer dans la zone (parmi les 4) qui lui sont proposés. On a donc un grand sentiment de liberté, on aime se balader, admirer les décors absolument somptueux et l'esthétique et les actions de tout les mobs. On est parfois perdus, on a parfois peur devant certaines situations face à des ennemis, des fois vous vous retrouverez en très grande position de faiblesse.

Tout ces sentiments d'explorations, de destructions d'ennemis, et tout les power-up permanents à disposition donnent une extrême implication du joueur dans son environnement et son gameplay classique mais extrêmement efficace. On ne s'ennuis pas une seule seconde, la difficulté corsée est parfaitement dosée laissant un très grand éventail de techniques au joueur pour qu'il ne s'acharne ou ne s'ennuie pas. On cherche le moindre pixel suspect à la recherche de secrets et chemins cachés, on est impatient de voir à quoi ressemblera le prochain écran qui sera encore plus détaillé que celui d'avant... Pas une seule minute le joueur doit poser sa manette, et ça n'empêche pas l'oeuvre de dégager un développement d'univers relativement bien travaillé, surtout lorsqu'on remarque que les rares dialogues sont des bulles illustrées de magnifiques petits dessins retraçant le passé de certaines races/certains personnages. On se laisse prendre au jeu par cette atmosphère à la fois oppressante et très attachante.

Certains d'entre vous savent que je ne raffole pas des jeux vidéo indépendants. Pendant la période Humble Indie Bundle j'ai pu tester de très nombreux jeux indés qui étaient pour la plupart presque tous identiques, inintéressants, sans un seul truc scotchant un minimum le joueur. Ici, ça a eu l'effet complètement inverse. Le jeu en lui-même n'a pas énormément d'innovations à revendre, mais est tellement honnête et soignée qu'au final, on a énormément de mal à lui reprocher quoi que se soit. Les hack'n slash vus de dessus existent par centaines, surtout dans la sphère indé, mais chaque coups portés et plongeons en avant dans le cœur de l'action donneront toujours un grand coup de fraîcheur à n'importe quel joueur ennuyé. On peut sentir sur la majorité des paysages de très grandes influences artistiques, et si vous ressentez un peu de douceur semblable à celle d'un long métrage d'Hayao Miyazaki, ou un paysage post apocalyptique vous faisant penser à un décor de la fin de Neon Genesis Evangelion, n'y voyez rien de surprenant (bien sur rien n'indique que c'est le cas, j'en douterais presque, mais ces deux là m'y font très fortement penser). Hyper Light Drifter fais une alchimie presque impeccable entre le plaisir de jeu, le plaisir d'immersion, le plaisir atmosphérique, et très visuel. Le jeu n'a pas de réel message à donner, et c'est ce qui en fait tout son charme. Mais il n'est pas simplet pour autant.

En bref, Hyper Light Drifter était une gigantesque claque. Claque esthétique plus particulièrement, mais aussi un immense plaisir de jeu qui m'a été offert pour mes modestes 10 heures de jeu. Mais rien que pour toutes ces sensations d'aventure, de fraîcheur et beauté, le jeu vaut largement son prix. Je ne nierais pas que le jeu a eu une approche très personnelle de ce que j'apprécie dans le jeu vidéo, mais je doute que quiconque soit assez déçu de Hyper Light Drifter pour pouvoir annoncer délibérément que le jeu les a déçu ou qu'il n'a pas laissé une seule impression.