Au nom de la terre - Film (2019)
Au nom de la terre - Film (2019)

Film de Edouard Bergeon Drame 1 h 43 min 25 septembre 2019

Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l'exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Film Au nom de la terre torrent



Je suis allé le voir sans rien en savoir. J'ai saisi une occasion d'aller le voir pour ne pas le louper. Et du coup, à la fin, ça m'a fait un sacré choc !! Ce plan sur la tombe fictive, passant ensuite à l'authentique tombe de Christian Bergeon, avec " À mon père Christian" s'affichant en bas à droite, ça m'a fait un choc. Je savais que c'était une histoire vraie ( c'est précisé au début), mais je ne savais pas que c'était le fils aux manettes. De quoi balayer et faire oublier tous les défauts et toutes les maladresses du film. Car il y en a. Mais franchement, en sachant cela à la fin, je préfère retenir ce qu'il y a de meilleur, et me montrer indulgent. L' oeuvre mérite 6, mais je lui mets 7, pour sa sincérité et son courage. Il y a de bons moments, touchants, vibrants, et d'autres moins, mais qu'importe. Le plus gros point noir du film est la musique, souvent agaçante et trop convenue. Je trouve Guillaume Canet convaincant, et le félicite de s'être autant impliqué dans ce projet. En sortant de la salle, j'ai entendu des spectateurs s'étonner que le film ne porte pas sur les difficultés des "paysans" en général, mais sur l'histoire d'un seul en particulier. Certes, Édouard Bergeon glisse un taquet aux banques, aux Coops, et aux normes de l'Europe de Bruxelles, mais sans s'étendre. Bien lui en fait. Ça serait plutôt un beau sujet pour un prochain film, un peu moins personnel. J'ai bien fait d'y aller, en aveugle qui plus est. Et pour un premier film, c'est plutôt pas mal.