Michiko to Hacchin - Anime (2008)
Michiko to Hacchin - Anime (2008)

Anime de Shukou Murase, Sayo Yamamoto et Manglobe Action, animation et policier (terminée) Fuji TV 20 min 16 octobre 2008

Censé être sous haute surveillance, le pénitencier de Diamandra voit une de ses prisonnières, Michiko Malandro, tenter de s'évader. Profitant de la tempête qui fait rage à l'extérieur, cette dernière réussit l'impossible en échappant à ses poursuivants.Dans une ville voisine vit Hana, une jeune fille fuyant une famille adoptive au comportement abusif. Les deux unissent leurs forces dans une improbable fuite vers la liberté.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Serie Michiko to Hacchin torrent



Nouvelle pépite signée par les studios Manglobe (Samurai Champloo, Ergo Proxy...), réalisé par Sayo Yamamoto et sponsorisé par le génial Shin'ichiro Watanabe (Cowboy Bebop, Samurai Champloo et plus récemment Sakamichi no Apollon) Michiko e Hatchin nous lance dans une nouvelle road story originale. Un genre qui colle aux acteurs du projet et qui se révèle encore une fois très concluant (après les réussites magistrales de Cowboy Bebop, Samurai Champloo ou encore Ergo Proxy).

Un anime d'une excellente mouture, graphiquement léché, certains plans sont sublimes, photo-réalistes, l'animation est très propre ; le charac design de Hiroshi Shimizu (grand nom de la japanime) fait des merveilles, Michiko est très féminine, comme la plupart des femmes de l'anime et, a contrario, Hatchin, un peu garçon manqué est assez touchante. Les couleurs chatoyantes et flashy d'une part, sombres et crassent d'autre part, posent un décor fort en atmosphère, ici l’Amérique Latine, qui est mise à l'honneur avec beaucoup d'attention et d'originalité (un univers rare dans l'animé japonnais). Bref, Manglobe commet, pour moi, un sans faute visuel et artistique.

La musique complète cette ambiance latino à base de bossa nova, de samba et autres morceaux folk en portugais. Et ne pêche, elle aussi, jamais (normal avec Watanabe derrière, même si il peut être surprenant de ne pas voir l'habituelle compositrice « jazzy » Yôko Kanno (bras droit de Watanabe musicalement) mais à la place un certain Kassin, d’origine brésilienne, mais qui fait donc du très bon boulot, grand bien nous fasse)

Mais revenons à nos chameaux, Michiko e Hatchin c'est avant tout une histoire d'amour, je dirais même plus, DES histoires d'amours.

Au milieu d'innombrables fuites en avant, se joueras les histoires sentimentales les plus dingues. Mais pas de l’acabit des shojo ou des romans à l'eau de roses. Ici on baigne dans les favelas et les trafiquants en tout genre, on est pris au milieu des gangs et de leurs guerres incessantes, vous imaginez donc bien que les histoires d'amour, sur ces terrains vagues et désolés, sont bien abîmées elles aussi.

Nous avons donc un anime plutôt girly et funky dans la forme, mais qui se montre finalement, impitoyable et sans fard dans le fond. A l'exemple d'une mère qui laisse traîner son nouveau né dans la rue pour qu'on marche dessus et qu'elle puisse « porter plainte » et ainsi toucher de l'argent... glauque.

L'existence de sentiments d'amours cruels n'est pas épargnée dans cet anime, et, comme en vrai, on se prend des baffes. Ici les personnages sont souvent confrontés à une vie sentimentale écorchée, où domination et trahison sont les aléas incontournables des relations amoureuses. Avec la triste histoire de Pepe la strip-teaseuse qui travail pour son petit ami et mac (épisode 03), l'histoire d'infidélité entre Bruno et Anastacia dans l'épisode 07 ou encore l'histoire d'amour impossible entre Rita et Gino elle même encastrée dans un genre de triangle amoureux (épisode 09) ainsi que le premier amour d'Hana pour Lenine (episode 15) Etc, etc, l'anime passe son temps à démonter la romance idéale et sans tumulte, comme pour nous adresser un message subliminal...

Mais dans MeH il n'y a pas que les relations amoureuses qui sont passé à la moulinette. Il y a aussi les relations amicales qui le sont. Atsuko Jackson qui est l'inspecteur en charge de la capture de Michiko se révèlent être une amie d'enfance rencontrée à l'orphelinat. Bien des fois, leurs sentiments respectifs resteront impalpables et incongrus mais bel et bien d'une force sans équivoque. (cf épisode 19 qui cristallise leur relation d'amour/haine) Ou l'amitié déchue encore, entre Hiroshi et Satoshi Batista (un chef de gang et ami d'enfance également) qui sera elle aussi mise en avant dans plusieurs épisodes, jusqu'au dénouement presque, où Satoshi fini par « disparaître » pour cette quête qui consiste à retrouver Hiroshi.

Mais qu'en est il de la trame principale ? Et bien elle est remise en question tout au long de l'anime. Et vous laissera vous demander la réelle maternité de Michiko pour Hatchin, ou bien la possibilité qu'Hiroshi soit encore vivant. Sans jamais faillir, le scénario et les dialogues rebondissent de nombreuse fois au rythme des sentiments contradictoires qu'éprouvent nos deux héroïnes l'une pour l'autre et réciproquement.

Bref, pour conclure, je pense que c'est un anime incontournable au même titre que Samurai Champloo avec qui il partage énormément de point commun. Ayant une véritable identité, cette série dynamique et moderne de 22 épisodes possède tout pour elle, dont notamment une fraîcheur sans égal au milieu de la japanime contemporaine.