Top Secret: The Revelation - Anime (2008)
Top Secret: The Revelation - Anime (2008)

Anime de Hiroshi Aoyama et Reiko Shimizu Science-fiction, animation et policier 1 saison (terminée) 24 min 9 avril 2008

Daiku est un laboratoire du centre de recherche scientifique de la police. Leurs spécialistes résolvent des enquêtes grâce à une technologie très avancée. Ils peuvent ainsi reproduire des images à l'aide de la mémoire de la victime. Ikki Aoki est un nouvel inspecteur.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Serie Top Secret: The Revelation torrent



Alors que je naviguais dans un océan d'animes aux points de départ similaires, Himitsu: The Revelation est apparu tel un phare dans la nuit. Rarement un synopsis ne m'aura autant attiré : des enquêtes, de la psychologie, des questionnements éthiques, le tout centré sur une technologie permettant d'explorer les souvenirs des morts (MRI), concept prometteur s'il en est. Je m'imaginais déjà face à un nouveau -ou plutôt ancien compte tenu de sa date de sortie- Psycho-Pass, même le chara-design sobre laissait espérer une histoire mature.

Mature, l'anime l'est plus ou moins, mais il est surtout superficiel. Les doutes légitimes du héros vis-à-vis d'une pratique violant l'intimité d'un défunt et de ses proches, sont balayés d'un revers de la main par ses collègues et mis de côté après une poignée d'épisodes. Le MRI est un mal nécessaire, c'est comme ça, le héros doit s'y faire et nous aussi. C'est sans doute plus compliqué pour lui que pour nous tant l'anime s'évertue à nous montrer les aspects positifs de la technologie. On ne fait que survoler les souvenirs des morts, rien de ce qui apparaît sur l'écran des enquêteurs n'est plus difficile à regarder que n'importe quel flashback de série policière. Au contraire, on assiste aux événements au travers des yeux de la victime la plupart du temps, perdant ainsi le visuel nécessaire à l'empathie. En outre ces souvenirs sont dénués de son, une astuce scénaristique certes nécessaire afin que les enquêtes ne soient pas trop simples à résoudre, mais qui nous éloigne un peu plus des victimes. La musique comblant ces silences est quant à elle trop épique ou enjouée pour retranscrire le caractère privé et solennel de ces situations.

Enfin, trifouiller le cerveau des morts pour faire ressurgir leurs secrets les plus sombres semble n'avoir aucune conséquence négative. Les enquêtes sont toujours résolues, les méchants sont punis, pas de familles détruites ou de réputations injustement ternies à cause de ça. En tout cas on ne nous le montre pas, l'anime est plus manichéen que bien des séries occidentales où les investigations impactent inévitablement la vie de nombreux innocents. Au final seuls les enquêteurs sont affectés par les images qu'ils regardent, et là on a du bon comme du mauvais.

Il y a une idée que je trouve brillante, c'est que les souvenirs soient subjectifs, les flics sont alors confrontés aux hallucinations des victimes, à la peur viscérale qui les a saisies au moment de leur mort et provoqué chez elles des visions cauchemardesques. On comprend aisément en quoi ça peut être traumatisant à observer, à décortiquer. Puis cette perception biaisée des événements constitue parfois un obstacle bienvenu à des enquêtes autrement trop linéaires et prévisibles. La série fait preuve d'un classicisme incompréhensible tant le concept de départ était original. J'ai deviné sans mal l'issue de la moitié des intrigues, et je vous prie de croire que je ne suis pas le plus perspicace des spectateurs ! Il faut dire que ces intrigues sont pour beaucoup pliées en 20 minutes, les scénaristes n'ont pas le temps de brouiller les pistes ou d'introduire plusieurs suspects. Et quand ils le font c'est maladroit, les ficelles sont grosses... Je pense entre autres à un épisode où tout le monde est suspect sauf une personne en apparence très sympathique, et bien entendu cette personne est coupable du meurtre.

Qui plus est l'anime souffre de nombreuses incohérences, il s'agit pour la plupart de comportements inexplicables. Il y a un épisode où le héros analyse des images au bureau, il réalise où se trouve l'endroit qu'il recherche et s'y rend aussitôt sans dire quoi que ce soit à ses collègues, pourtant dans le même bâtiment que lui (il pourrait au moins leur téléphoner depuis la voiture !). Une fois sur place il rentre là-dedans à l'arrache et ne se donne même pas le peine de sortir son arme... C'est une manière bien artificielle de créer de la tension. Les exemples de ce genre -et pire encore- sont légion. Les personnages sont difficiles à prendre au sérieux, les seconds rôles sont plus ou moins interchangeables et les deux persos principaux ont un développement chaotique. J'ai déjà parlé de Aoki sans le mentionner, ses états d'âme n'amènent aucune réflexion, les hallucinations dont il est parfois victime s'évaporent comme par magie et son impulsivité agace. Quant à Maki, les événements à l'origine de son traumatisme constituent une sorte de fil rouge qui aurait pu être cool à suivre si le personnage ne changeait pas de façon radicale d'un épisode à l'autre. L'évolution de son état mental est trop brutale pour être crédible, certains passages sont même assez gênants à regarder... Et la conclusion de l'arc est tirée par les cheveux.

Maintenant si je devais retenir le positif, je dirais que les intrigues en deux épisodes sont meilleures que les autres et que l'anime aborde quelques thèmes intéressants tels que l'isolement des personnes âgées, ou la corruption dans la police. Rien de nouveau cela dit, au final Himitsu: The Revelation est une série policière moyenne qui exploite mal sa seule originalité (MRI) et souffre de défauts techniques et scénaristiques évidents.