La Clinique de l'amour ! - Film (2012)
La Clinique de l'amour ! - Film (2012)

Film de Artus de Penguern et Gábor Rassov Comédie et romance 1 h 23 min 27 juin 2012

John – consciencieux et romantique – et Michael – inconséquent et volage – sont chirurgiens dans la clinique de leur père, David Marshal. John, fou amoureux de Priscilla, une merveilleuse infirmière, se voit ravir sa dulcinée par Michael, qui l'épouse illico. Effondré, John s'exile au Canada. Michael, délaisse Priscilla pour la sulfureuse Samantha (infirmière cupide et fatale), transforme la clinique en centre de chirurgie esthétique... Et la ruine ! John revient pour tenter de sauver la clinique...Aidé par Priscilla, Helen, Cathy, Tom, Marc et Mlle Phillips, tous éclopés de «l'amour», qui, comme chacun sait, sauve toujours tout. Des histoires d'amour (torrides), d'argent (très mal investi), de trahisons (éhontées) et surtout, de la comédie.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Film La Clinique de l'amour ! torrent



Disparu il y a peu, Artus de Penguern donnait enfin un petit frère à son grandiose "Grégoire Moulin contre l'humanité" avec cette "Clinique de l'amour", croisement insensé entre "Amour, gloire et beauté", les Monty Python et une série AB Productions.

Si l'on ne retrouve qu'épisodiquement la puissance de son premier film et s'il en reprend énormément d'éléments, Artus de Penguern garde heureusement cette sincérité, cette fantaisie qui font de lui un auteur ô combien attachant, sorte de Don Quichotte de l'amour que rien ni personne de pourra arrêter.

Piochant toujours dans les univers de Chaplin, de Tati ou de Keaton, l'acteur / réalisateur s'entoure d'une fabuleuse troupe de comédiens visiblement heureux d'être là (Helena Noguerra est aussi solaire que drôle dans un rôle en total contre-emploi) et nous offre une comédie délirante, complètement décalée, sans temps morts et qui collera un sourire indétrônable sur le visage de ceux et celles appréciant ce genre d'humour.

Bon sang, ce que tu vas me manquer, Artus !