Tatarak - Film (2010)
Tatarak - Film (2010)

Film de Andrzej Wajda Drame 1 h 25 min 17 février 2010

Marta, une femme entre deux âges mariée avec le médecin d'une petite bourgade, ne sait pas qu'elle souffre d'une maladie incurable. Un jour, Marta rencontre Bogus. Elle est fascinée par sa jeunesse et son naturel. Leurs rendez-vous innocents au bord de la rivière sont brutalement interrompus par un cruel coup du sort.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Film Tatarak torrent



En polonais, « Tatarak » désigne une plante aquatique, une espèce de jonc qui pousse dans les rivières. Une plante qui, fraîchement coupée, exhale un délicat parfum d’encens entremêlé avec une odeur moins agréable de putréfaction. Le film d’Andrzej Wajda auquel elle prête son nom, Tatarak, est lui aussi une subtile composition où vie et mort, lumière et ombres, jeunesse et vieillesse cohabitent douloureusement.

L’œuvre combine trois histoires reliées dans un intéressant film-gigogne. Il y a tout d’abord un long monologue de l’actrice Krystyna Janda, qui raconte son désarroi face à la disparition de son mari, le chef-opérateur Edward Klosinski, des suites d’un cancer fulgurant, alors qu’elle s’apprête à tourner, justement, Tatarak, un film d’Andrzej Wajda dont les thématiques touchent au drame qu’elle vient de vivre. Le cinéaste s’inspire de deux textes distincts pour composer son récit. Le premier est signé de l’écrivain hongrois Sandor MaraI et dépeint la douleur d’un médecin qui diagnostique une maladie incurable chez son épouse et préfère lui cacher son état, pour qu’elle puisse profiter en toute insouciance des derniers mois qui lui restent à vivre. Le second est une nouvelle de l’écrivain polonais Jaroslaw Iwaszkievic, auteur qui a inspiré Wajda à plusieurs reprises, où une femme d’âge mûr se prend d’affection pour un jeune homme qui lui rappelle ses fils, morts en 1944 pendant l’insurrection de Varsovie.

Les trois récits fusionnent de manière assez subtile, traitant tous de la perte d’êtres chers et du caractère dérisoire de l’existence. Pas le genre de film apte à vous booster le moral. Plutôt le genre à faire fuir les éventuels spectateurs, surtout avec sa forme épurée et son intrigue des plus minces, sans doute insuffisamment étoffée, ou du moins trop littéraire pour le cinéma …Et pourtant, Tatarak mérite que l’on s’y intéresse pour deux raisons.

Déjà, il est nettement moins sombre que l’on pourrait le craindre. Certes, le premier plan du film, le monologue de Krystyna Janda, se déroule dans une chambre d’hôtel obscur, mais un rai de lumière passe par l’une des fenêtres et vient apporter une touche de clarté dans les ténèbres. Et tout le film est comme cela, une lutte entre l’ombre et la lumière, la vie et la mort…Au final, c’est même une ambiance douce et lumineuse, pré-crépusculaire, qui domine. Et une certaine beauté plastique dont les cinéastes polonais ont le secret…

Ensuite, parce qu’il s’agit d’une œuvre d’une grande sincérité, intime et poignante. Il a sans doute fallu beaucoup de courage à Krystyna Janda pour livrer ainsi, face à la caméra, son expérience si intime, si douloureuse, de la maladie et la mort d’un proche. Son monologue est à la fois une façon d’évacuer cette souffrance, cette immense tristesse, et de laisser une trace de leur histoire commune, de leur passage sur cette terre.

Andrzej Wajda semble adopter une démarche similaire. A bientôt 84 ans, le cinéaste sait qu’il est en fin de vie, ou du moins qu’il n’aura peut-être plus l’énergie de réaliser de nouveaux projets cinématographiques. Ses films se tournent désormais vers le passé. Dans Katyn, il revenait sur les événements historiques pendant lesquels son père a trouvé la mort, en 1940. Ici, il se penche sur son œuvre globale, avec l’évocation, en filigrane, de certains de ses films-clés. Son premier long-métrage, par exemple, Kanal, parlait justement de l’insurrection de Varsovie, pendant laquelle ont péri les enfants du personnage central de Tatarak. Le livre Cendres et diamants, que Wajda a adapté en 1958, est ici l’objet qui scelle définitivement l’amitié entre la femme mourante et le jeune homme. Et on retrouve assez logiquement le ton et les thématiques des deux autres adaptations que le cinéaste polonais a tiré des romans d’Iwaszkievicz, Les Demoiselles de Wilko et Le bois de bouleaux…

Les personnages, enfin, sont dans la grande tradition des films de Wajda, des êtres simples, mais dotés d’une intensité psychologique magnifique, liés les uns aux autres par des fils invisibles. Le choix de Krystyna Janda n’est pas fortuit. L’actrice a été l’égérie de Wajda à la fin des années 1970, avant d’aller explorer d’autres horizons. Et le rôle confié au jeune Pawel Sazjda a de faux airs de Zbigniew Cibulski, l’acteur principal de Cendres et diamant, mort tragiquement alors que sa carrière était au sommet, à la fin des années 1960. Tatarak est une sorte de film-testament de la part Andrzej Wajda, où se promènent fantômes et ombres de ses œuvres passées, celles dont il a envie que l’on se souvienne après sa mort.